capsule-francais-mots-arabes-education-grammaire

Capsule de français : Ces mots arabes qui se cachent dans notre vocabulaire

Le matin, votre réveil sonne, il affiche les chiffres sept zéro zéro (7 :00). En vous levant, en plus de grogner un peu parce qu’il est trop tôt et que vous avez mal dormi sur votre vieux matelas, vous versez dans votre tasse préférée un café avec du sucre et vous préparez des crêpes, peut-être même que vous y ajoutez du sirop. Après un bon déjeuner que vous dégustez assis confortablement sur votre sofa, vous enfilez une jupe ou une chemise en coton et vous partez au magasin d’alimentation pour acheter des épinards, des aubergines et des abricots en prévision du souper, ainsi que des bougies pour le gâteau d’anniversaire de votre ami.

Un texte de Ada Luna Salita |  Dossier Éducation 

Voici le récit bien ordinaire d’un début de journée. À priori, rien de ce que je viens de dire ne vous choque, sauf peut-être le fait que vous mettez du sucre dans votre café, ça, moi ça me choque un peu! Et si je vous disais qu’il y a 15 mots d’origine arabe dans ce court texte, est-ce que ça vous surprend? Eh bien oui! Dans ce récit de 110 mots, il y en a 15 d’origine arabe. Bon, ce récit a peut-être, peut-être, été un peu forcé pour contenir beaucoup de mots d’origine arabe en peu de mots, mais la vérité est qu’on trouve environ 500 mots d’origine arabe en français.

L’emprunt est un phénomène très courant en linguistique, toutes les langues empruntent des mots à une autre langue à un moment ou un autre de leur histoire. Ce que j’entends par emprunt est le fait de prendre un mot d’une langue étrangère et de l’intégrer au vocabulaire de sa propre langue, dans le cas qui nous concerne, prendre un mot de l’arabe et l’employer en français.

Il y a différentes raisons qui peuvent motiver l’emprunt linguistique. La première raison, qui en est une qui a apporté plusieurs mots arabes dans le français, c’est ce qu’on appelle une lacune lexicale. C’est-à-dire, lorsque la langue emprunteuse n’a pas de mot pour dénommer une certaine réalité. Ainsi, l’arabe nous a donné, au Moyen Âge, des mots savants comme alchimie, chiffre, zéro et les mots liés à l’astronomie. Ces mots sont arrivés au français par deux voies différentes, soit par l’intermédiaire des traductions des traités de mathématique et d’astronomie, entre autres sciences, soit par les voyageurs qui ramenaient ces mots du monde arabe où les sciences étaient plus développées.

Un autre facteur qui favorise l’emprunt c’est le contact entre les langues, plus particulièrement, entre des peuples qui parlent deux langues différentes. Pendant la conquête arabe de la péninsule ibérique, c’est-à-dire le sud de l’Espagne actuelle, dans les années 700, de nombreux mots de l’arabe, comme alcool, ont passé par l’espagnol et ils se sont rendus jusqu’en France au fur et à mesure que les batailles pour gagner du territoire avançaient vers le nord. L’arabe nous a donné aussi, par l’entremise des voyageurs et  commerçants, des mots liés au commerce comme tarif, douane et magasin. Pour revenir aux langues en contact, pendant la conquête française du nord de l’Afrique, les colonisateurs employaient des mots arabes pour communiquer avec le peuple et se faire comprendre. Certains de ces mots sont encore utilisés aujourd’hui dans la langue familière comme bled, bésef ou toubib, qui comme vous remarquerez, ne sont pas tellement courants au Québec, mais en usage en France. Finalement, il y a une vague d’emprunts à l’arabe qui est très récente et elle aussi se passe presque uniquement en France : il s’agit des mots arabes empruntés par le contact avec les immigrants maghrébins en France. La plupart de ces mots se retrouvent surtout dans la langue familière parlée et parfois dans certaines chansons de rap français comme, mettre le dawa, avoir le seum, wesh.

Vous serez maintenant moins surpris si je vous dis que, dans le récit matinal du début, chiffre, zéro, matelas, café, sucre, sirop, sofa, jupe, chemise, coton, magasin, épinards, aubergine, abricot et bougie sont des mots d’origine arabe. Et ce n’est pas tout, la langue française comporte aussi de nombreux emprunts à l’espagnol, à l’italien, au chinois, à l’anglais et j’en passe!

27 capsules sur les difficultés de la langue française sont présentées par l’humoriste Fred Dubé.

0.00 avg. rating (0% score) - 0 votes
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires