Féminisation des titres (capsule pédagogique)

Féminiser, c’est pas sorcier

Une première ministre, une députée, une avocate, une professeure, une écrivaine. Ces appellations nous semblent aller de soi. Pourtant, le fait de mettre au féminin les titres et fonctions est un phénomène très récent. Ça s’explique par le fait que ces métiers étaient, auparavant, occupés par des hommes uniquement. C’est avec la 2e vague de féminisme qui débute dans les années 1960 que les femmes revendiquent l’accès à l’éducation ainsi qu’aux métiers traditionnellement réservés aux hommes au Québec. Avec l’accession à ces postes vient la volonté de féminiser les titres de celles qui les occupent.

Par : Mylène Roy

Ce contenu est réservé aux membres

Merci de vous connecter pour le consulter !

27 capsules sur les difficultés de la langue française sont présentées par l’humoriste Fred Dubé: https://www.refletdesociete.com/francais/

0.00 avg. rating (0% score) - 0 votes
0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments