Suicide d’un père : un présent bien passé

Un texte de Jean-Pierre Bellemare, ex-tolard – Je viens de traverser ce pont, celui où l’homme qui m’a donné la vie a décidé de s’enlever la sienne.  Des larmes forcent leur passage, embrouillant ma vue, alourdissant mon pas. Pendant plus de 20 ans, mon jugement en fut embrouillé.

Ce père de quatre enfants avait choisi où, quand et comment la mort l’affranchirait. Ses problèmes, d’apparences insurmontables, devinrent sa guillotine. Pour l’adolescent que j’étais, la vie venait de se transformer en cauchemar. Je n’avais plus aucun repère! Perdre un être cher est déjà difficile, mais le suicide étant souvent perçu comme un acte de lâcheté, je me retrouvais avec un deuil honteux.

Ce contenu est réservé aux membres ...

Merci de vous connecter pour le consulter!

0.00 avg. rating (0% score) - 0 votes
0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments