transhumanisme

Un homme « augmenté » aux cyberpouvoirs pourrait voir le jour

Après les OGM, bientôt des humains génétiquement modifiés ? Le transhumanisme, ce mouvement qui souhaite tirer bénéfice des technologies pour améliorer physiquement nos corps, devient une réalité de plus en plus concrète. 

Un texte de Alexandra Bachot – Dossier Santé


 

 

Retrouver l’usage de la vue grâce à une rétine bio-artificielle, remplacer un bras amputé par un membre robotisé commandé par le cerveau : tels sont les exemples de ce que la technologie alliée à la biologie rend possible.

Pourtant, certains chercheurs ont décidé d’aller plus loin, au-delà de la simple réparation en imaginant un « homme augmenté ». Le principe ? Doter l’espèce humaine de capacités « supérieures », tant physiques que cérébrales, dans le but d’améliorer nos capacités cognitives, notre santé ou encore notre durée de vie. Le résultat serait sans précédent : une humanité qui se réinvente elle-même, en dépassant ses limites naturelles.

Si d’ores et déjà, une étape a été franchie avec le premier clonage humain, au stade embryonnaire, les travaux sur le génome humain permettent d’envisager à plus ou moins long terme la création d’un homme « OGM », en agissant au niveau de l’œuf par injection de gènes. Ainsi, la manipulation génétique parviendrait dans un avenir proche à décupler nos facultés en insérant par exemple dans notre ADN le gène qui permet à la chauve-souris de s’orienter la nuit.

La science-fiction s’empare du quotidien puisque la fusion entre l’homme et la machine ne relèverait plus de l’imagination. En 2014, des chercheurs de l’université du Michigan ont mis au point un détecteur d’infrarouge si petit qu’il pourrait s’insérer dans une lentille de contact et ainsi permettre de voir dans l’obscurité.

Et si une puce implantée dans le cerveau pouvait convertir notre activité cérébrale en commande afin d’éteindre la lumière? Des scientifiques ont déjà créé le système BrainGate conçu pour permettre aux personnes paralysées d’activer un bras robotisé.

Par ailleurs, au vu des progrès actuels, il n’est pas impossible de concevoir des implants permettant de connecter son cerveau au Web. Selon l’ingénieur en chef de Google, ce genre de cyberpouvoirs serait possible à l’horizon 2030.

Une question mérite toutefois d’être soulevée : ne va-t-on pas dénaturer l’humain, voire le faire disparaître en abusant de la technologie ? Vers le chemin qui mène à l’homme augmenté, l’éthique pourrait bien faire obstacle.

En complément à Reflet de Société +

Pour la première fois en 2017, un robot a obtenu la citoyenneté d’un pays. Dénommée Sophia, ce robot utilisant l’intelligence artificielle a été conçu pour s’habituer aux comportements humains et pouvoir interagir avec eux. Depuis quelques mois, Sophia a la citoyenneté saoudienne. Découvrez-la dans cette entrevue réalisée par Konbini.

 

0.00 avg. rating (0% score) - 0 votes
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments